Bruxelles ... (2000)

Cette étude exclusive, de près de 200 pages situe Bruxelles par rapport aux autres métropoles européennes et mondiales. La CCB-C commence par dégager certaines similitudes dans le développement des villes étudiées : les impacts de la mondialisation et de la concurrence entre villes, la désindustrialisation, le développement périphérique, le chômage et l’exclusion sociale, les zones urbaines défavorisées, l’augmentation de la mobilité automobile, la fragmentation du pouvoir et la baisse des investissements publics dans les infrastructures.

La deuxième partie de l’étude est consacrée à une comparaison quantitative et qualitative entre les métropoles. Les chiffres proviennent des meilleures statistiques disponibles, tandis que la comparaison qualitative s’intéresse aux spécificités bruxelloises, qu’elles soient institutionnelles, économiques ou sociales. Les deux approches sont synthétisées dans une série de tableaux mettant en lumière les atouts et les faiblesses de la capitale de l’Europe.

Les statistiques européennes révèlent que Bruxelles sort du lot par sa forte part d’emploi dans les services, son PIB par habitant parmi les plus élevés de l’Union Européenne, sa première place parmi les villes les plus vertes de l’Union Européenne, son statut de «deuxième ville de congrès du monde » et sa structure hôtelière de haut de gamme ainsi que son coût très faible du logement. Elle se distingue également par une gestion du territoire limitée aux dix-neuf communes centrales et par la faiblesse de son secteur des services marchands et des technologies. L’étude statistique distingue également Bruxelles par une forte proportion d’habitants de moins de seize ans et… de retraités. Bruxelles se singularise aussi par une forte proportion de non-nationaux et de ressortissants de pays extérieurs à l’Union européenne, ainsi que de chômeurs de longue durée. Elle est par contre dans la moyenne quant au niveau du coût de la vie et du coût d’acquisition et de location d’un bureau. Bruxelles se distingue enfin par le nombre des atouts que cette métropole présente pour les investisseurs et les habitants.

Dans un troisième temps, l’étude de ce qu’on appelle les «meilleures pratiques» dans d’autres villes, dégage des pistes de réflexion pour remédier aux deux problèmes majeurs que rencontre Bruxelles en ce moment : la baisse du revenu de ses habitants et la faiblesse de sa croissance économique.

Vous pouvez télécharger les documents suivants :