Bruxelles-l'Europe : ... (1996)

Bruxelles, capitale de l'Europe, est devenue une localisation prestigieuse pour les investisseurs étrangers. Elle est cependant jalousée par des villes géographiquement proches et possédant une gamme d'atouts comparables. Si l'on n'y prend garde, les excellentes performances internationales de la Ville-Région tendront à se réduire à l'avenir. De nombreuses métropoles européennes ont en effet mis en place un marketing efficace et bien rôdé : Bruxelles est à la traîne et se doit de rattraper efficacement son retard.

Dans ce cadre, on se réjouit des principes du récent Plan Dynamo, dont l'objectif principal est de favoriser la prospérité et l'emploi par l'intermédiaire d'une économie forte. Celle-ci doit, selon ce plan, se baser principalement sur le dynamisme et l'audace des chefs d'entreprises et sur la qualité des travailleurs. Les pouvoirs publics ont aussi une mission à remplir : créer des conditions favorables et un climat de confiance.  Si les responsables politiques favorisent l'implantation d'entreprises dans la capitale, celles-ci continueront à s'y installer et à assurer la prospérité économique de la ville. Force est cependant de constater que, depuis quelques années, le climat s'est dégradé.

Après le laxisme des gouvernements fédéraux des années soixante et septante, la jeune Région de Bruxelles-Capitale a peu à peu mis en place un cadre législatif d'une complexité sans précédent, dont les objectifs louables ne justifient en aucun cas les nombreux effets pervers et constituent un danger réel pour la santé économique de la Ville-Région. Pour assurer la prospérité économique de Bruxelles au 21ème siècle, les pouvoirs publics bruxellois doivent impérativement rectifier le tir. La prospérité économique est en effet le meilleur garant contre l'exclusion sociale et la pauvreté.

  • La sécurité juridique des normes d'aménagement du territoire constitue une des préoccupations majeures des investisseurs. A Bruxelles, cette sécurité juridique est souvent mise à mal par la succession et la juxtaposition des différents plans. Le principe de la réalisation d'un Plan Régional de Développement à long terme était une idée louable. Les dispositions du Plan actuel manquent malheureusement de réalisme et éludent les enjeux du développement économique. Il faudra donc le modifier par l'intermédiaire d'un Plan Régional d'Affectation du Sol pragmatique qui, nous le demandons, devra rester d'application pendant de nombreuses années.
  • L'autre grand problème rencontré par les investisseurs concerne les procédures d'obtention des permis nécessaires à la réalisation des projets. Leur longueur et leur complexité découragent les auteurs de projet. Les procédures doivent impérativement être simplifiées et rationalisées. On constate trop souvent que le moindre projet d'importance se retrouve systématiquement sur la place publique suite à l'intervention de certains groupes de pression.

Ces deux facteurs seront décisifs pour l'avenir de Bruxelles. Il appartient maintenant aux pouvoirs publics bruxellois d'agir positivement et de préparer de manière pragmatique et dynamique les rendez-vous du 21ème siècle, en intégrant les aspirations de ses habitants et de ses entreprises dans un ensemble de normes équilibrées et bénéfiques pour son développement socio-économique futur.